La Côte de Skellig

Sur le Bord du Monde

À l’extrémité ouest de la péninsule d’Iveragh, à mi-chemin du célèbre Ring of Kerry, vous vous sentirez comme si vous vous teniez sur le bord du monde. C’est tout simplement la côte de Skellig.

Au large, deux rochers découpés – Oileáin na Scealga – s’élèvent dans l’Atlantique : Little Skellig, qui abrite l’une des plus grandes colonies d’oiseaux marins du monde, et Skellig Michael, un lieu de pèlerinage extraordinaire et lointain, l’une des merveilles du monde.

Toute la côte de Skellig est impressionnante et vivifiante. La route côtière, le Skellig Ring, vous mènera tout droit vers le Gaeltacht (région ou l’on parle le gaélique), à ​​travers de minuscules ports et villages. Vous risquez peut-être de gravir ses falaises, fouettés par le vent au-dessus des mers agitées. Ou de vous promener le long d’une magnifique plage de sable. De loin, la lumière dorée du soleil illumine les sommets sauvages d’Iveragh et de Dingle. Le vent souffle au large de l’Atlantique, puis le plus grand des arcs-en-ciel s’estompe.

Ici vous pouvez réellement apprendre à connaître les gens. Il y a de petites entreprises familiales : des pubs avec des feux de tourbe et des sessions de musique traditionnelle, des chambres d’hôtes, des restaurants avec des chambres, et des producteurs locaux – spécialités allant du chocolat artisanal aux meilleurs fruits de mer d’Irlande.

Le lieu est rempli d’histoire on y trouve les traces de Tetrapod sur les rives de l’île de Valentia (les plus anciennes empreintes de fossiles au monde), plus loin l’endroit où fut posé le premier câble transatlantique, ainsi que le lieu de naissance de Daniel O’Connell à Cahersiveen et son domicile au Parc National de Derrynane, mais aussi les souvenirs de Charlie Chaplin, qui aimait passer ses vacances à Waterville.

Il est étonnamment simple de sortir des sentiers battus et de s’égarer. Mais si vous vous perdez, ne vous inquiétez pas… Vous voudrez rester, prendre votre temps et découvrir ces lieux tous seuls.

Fermer le menu